iPapillon privilégie les listes d’espèces de papillons. Une liste d’espèces correspond à l’ensemble des espèces observées par un ou plusieurs observateurs qui consignent le nombre d’individus qu’ils rencontrent pendant une sortie d’une durée connue, sur une distance connue. Il s’agit de l’information la plus utile pour comprendre la répartition, l’abondance et la phénologie des papillons.

 

Les déplacements et les études de secteurs devraient être limités le plus possible à des habitats homogènes (p. ex. désert de créosote, prairie à graminées courtes) et, idéalement, ne devraient pas dépasser une distance de 1,5 km (environ 1 mille). Les dénombrements exceptionnellement longs sont moins utiles aux fins d’une analyse rigoureuse, tout comme les dénombrements qui couvrent des habitats très variés.

 

Il s’agit de relier les papillons dont vous signalez la présence à des habitats précis (ce que nous faisons au moyen de notre outil de cartographie, de la télédétection et de couches de système d’information géographique [SIG]), en tenant compte du fait qu’il est plus utile de compléter plusieurs listes liées à des emplacements précis que de saisir une seule liste correspondant à un secteur très vaste (p. ex. le parc national du Grand Bassin) ou à un dénombrement réalisé sur une longue distance (plus de 1,5 km d’habitats hétérogènes).

 

Toutefois, n’abandonnez pas si vous ne connaissez pas le nombre d’individus de chaque espèce que vous avez observés. Il est également utile de déclarer les données sur la présence d’espèces pour les cartes d’aires de répartition et la saisonnalité. Dans ce contexte, vous inscrirez un X à côté de l’espèce que vous avez observée dans la liste.

 

Toutes les étapes du cycle de vie comptent (œuf, chenille, nymphe, adulte). Assurez-vous d’indiquer la bonne étape du cycle de vie. L’étape « adulte » sera indiquée par défaut. En outre, ne déclarez pas les papillons en captivité dans une serre, une maison de papillons ou un jardin zoologique. Vous pouvez déclarer les papillons qui volent librement dans un jardin cultivé, même s’ils sont introduits ou s’ils ne sont pas indigènes.

 

Nous préférons toujours qu’une photo des papillons soit jointe à la liste d’espèces. Une photo par espèce suffit; il n’est pas nécessaire d’obtenir une photo pour chaque individu. Les photos accélèrent notre processus de vérification et sont utiles pour d’autres membres de la communauté qui se renseignent sur la diversité et l’identification des papillons. Les photos ne sont pas obligées d’être raffinées. Katy soumet ses photos à l’aide de son téléphone Android, Max préfère son appareil photo numérique doté d’un objectif macro et Kent consacre le temps et l’argent nécessaires pour obtenir le cliché parfait. Cependant, les photos que vous prenez devraient présenter le mieux possible les éléments caractéristiques. Nous vous invitons à consulter notre billet de blogue intitulé Ten Steps to Better Butterfly Photography (Dix étapes pour une meilleure photographie de papillons).